Dans la plupart des langues indo-européennes, le prénom précède le nom de famille.

À sa naissance (et/ou à son baptême), généralement, chaque personne se voit attribuer un ou plusieurs prénoms, dont un seul (qui peut être composé) sera utilisé par la suite : le prénom usuel. Mais dans nombre de cultures, notamment en Asie et en Afrique, le prénom n’est traditionnellement attribué que plusieurs jours (ou plusieurs semaines) après la naissance.

Dans certaines langues (par exemple en vietnamien, en chinois ou en coréen), le nom de famille précède le prénom (simple ou composé). De même, en hongrois ou en japonais ; mais, pour éviter les malentendus et pour se conformer aux usages occidentaux, les Hongrois et les Japonais tendent à inverser l’usage traditionnel, lors d’échanges internationaux.

En France, comme dans beaucoup de sociétés occidentales, le choix du/des prénom(s) donne souvent lieu pour les parents à une intense réflexion. De nombreux livres ont été publiés ces dernières années à ce sujet. On observe des phénomènes de mode. Plus particulièrement en France, de nos jours, après une vague des prénoms américains apparus dès les années 1970/1980 et issus des séries télévisées américaines (Anthony, Gregory, Michael/Mickaël ou encore Ste[e]ve), on observe au cours des années 2000 un retour aux prénoms des grands-parents ou aux prénoms courts (Léa, Théo, Jules…).

Cette inspiration donnée par les séries ou les films américains ou autres n’affecte pas tous les pays : parmi les plus résistants aux influences étrangères, en Europe, la Norvège, l’Islande et la Finlande figurent en bonne place, les deux premiers piochant dans un fonds extrêmement fourni, qui doit non seulement à l’énorme répertoire norrois, mais aussi aux influences d’autres peuples germaniques et des Gaëliques, essentiellement irlandais, entre le IXe et le XIVe de notre ère. En outre, la conscience de la signification du prénom de son enfant est inégale selon les cultures et les aires linguistiques. On remarque, au moins dans les pays francophones et anglophones, que le choix du prénom tient plus souvent à sa consonance ou à la mode, comme dit plus haut, qu’à son sens : nombreux sont les exemples comme Mélanie — du grec μέλαινα : « noire (de chevelure) » —, porté par une jeune fille blonde, qui aurait tout aussi bien pu se nommer Terry (de Theodoric, prénom masculin signifiant « protecteur de la tribu »)… À l’inverse, un Slave sait que son nouveau-né Володя — Volodya, (ou Volya, Volusya, etc.), diminutifs de Володимир (Volodymyr), auquel correspondent le russe Владимир (Vladimir) ou le polonais Waldemar — aura les qualités d’un « prince régnant par la paix », un Caucasien espère bien que son jeune Звияд (Zviad, du géorgien ზვიად) sera à la hauteur de l’« orgueil » que l’on a de l’avoir mis au monde, la toute frêle كنزة (Kenza) sera forcément un « trésor », et le petit Lakhota Mato Sapha maˈto ˈsapˣa souhaite bien avoir l’intelligence et la force de l’« ours noir ».

La tradition sápmi (saami) se contente originellement du prénom. L’indication de la filiation est relativement récente, essentiellement pour des raisons administratives. Il en va de même pour les populations turques et altaïques, amérindiennes et bien d’autres.

En dehors de l’Europe, certains choix peuvent étonner les Occidentaux : cela n’a rien d’extraordinaire de « numéroter » son enfant, comme en Chine, au Viêt Nam ou ailleurs. Par exemple, le prénom Samba, fréquent en Afrique de l’ouest, signifie en pulaar « Deuxième [fils] ». Ceci se retrouve parfois dans les prénoms occidentaux, mais la notion de numération n’est plus présente dans la conscience générale, même s’il en reste des traces dans certains prénoms d’origine latine ; ainsi : Quentin, le cinquième, Sixte, le sixième, Septime, le septième ou Octave, le huitième.

Certaines dénominations peuvent surprendre, comme Benjamin (de l’hébreu בנימין, benyamīn), le « Fils du Sud, ou de la droite (côté favorable) ». Une femme chinoise peut se nommer de façon en apparence banale, comme 瓶子 (Pīnyīn píngzi), une « (petite) bouteille », mais la connaissance de la culture concernée empêchera de sous-estimer la valeur de tels prénoms.

Dans les deux cas, ceci n’empêche pas les parents de faire appel à des termes aux significations plus élogieuses ou poétiques, comme c’est souvent le cas partout : Գոհար (Gohar : émeraude, féminin en arménien, provenant du farsi گوهر — plutôt réservé à des femmes dans les langues iraniennes) ; ainsi, l’un des plus courants, en Chine comme ailleurs : 花 (Pīnyīn huā, « fleur », seul ou en composition), მზექალა (Mzekala : fille du soleil, en géorgien), Алмаз ou Алмас (Almaz ou Almas — prénom féminin dans certaines langues, masculin dans d’autres), omniprésents en Asie centrale et dans le Caucase, de l’arabe ألماس, signifiant « diamant », et bien d’autres encore.

Au Viêt Nam, il est courant d’adjoindre au nom de famille (họ) et au prénom (tên) un nom intercalaire définissant le sexe de l’enfant : Thị pour une fille et Văn pour un garçon, entre autres possibilités.

Dans certains pays, notamment en Asie, le prénom change au cours de la vie. Ainsi, en Corée, les nouveau-nés se voient attribuer un « prénom de lait » à la naissance. Puis un autre, le prénom scolaire, vers l’âge de 6-7 ans, lors de leur entrée à l’école. Un troisième prénom, qui sera cette fois conservé jusqu’à la fin de leur vie, est enfin choisi pour leur vie adulte, souvent lors du mariage.

Au Rwanda, les enfants, à leur naissance, sont simplement appelés « le garçon » ou « la fille », et on attend qu’ils aient grandi un peu pour voir quel est le prénom qui va leur correspondre le mieux. De même en Grèce, un enfant non baptisé sera appelé μπέμπης/μπέμπα (du français «bébé») jusqu’à son baptême, qui peut être célébré quelques années après sa naissance, l’extrême limite étant la scolarisation de l’enfant (5-6 ans).

En France, une même personne peut, lors de sa déclaration de naissance à l’état civil, se voir attribuer plusieurs prénoms (il n’est pas rare qu’une personne porte un ensemble de cinq ou six prénoms). L’usage variera alors beaucoup selon les traditions familiales. Ainsi, dans certaines familles catholiques, le prénom Marie sera systématiquement choisi pour premier ou deuxième prénom, même pour un garçon, en hommage à la Vierge Marie. Le prénom du grand-père et de la grand-mère, ainsi que ceux du parrain et de la marraine, sont aussi fréquemment inclus dans la liste des prénoms. Dans la vie courante, seul le prénom d’usage, en général le premier de la liste, sera normalement employé.

Source : Prénom

Les dernières modifications de cette page ont été faites le 29 juin 2020 à 17:23 par Claude BLET.

Note 5 et Référence : https://www.prenommer.com/topic/11-loi-du-11-germinal-an-xi/ Publié(e) le 28 Décembre 2011